Montpellier Histoire & Photos

8éme ville de France - 500 descriptions - 700 photos

Depuis 1999

Cette croix se trouve sur l'emplacement originel d'une des premières églises de Montpellier à savoir Saint Firmin qui était située entre les rues Saint-Firmin et Rebuffy.

De cette église il ne reste rien depuis les destructions du 16 éme siécle.

Elle fut longtemps la seule église paroissiale et la plus importante. On y faisait les assemblées et les solennités de l'université. Elle avait été fondée au 15éme siècle.

Détruite en 1562 par les Réformés, elle ne fut jamais reconstruite. Elle occupait, avec son cimetière, le sol de l'île Saint-Firmin, comprise entre la rue du même nom et la rue Rebuffy. Saint-Firmin, église paroissiale, était pour la Baylie ce qu'était Saint-Denis pour la Rectorie.

De nombreuses cérémonies publiques s'y déroulaient, et de grandes manifestations religieuses, comme la procession des reliques de saint Cléophas le jour de Pâques, ou la bénédiction des pains de la Charité, à l'Ascension.

Au moyen age on trouvait dans ce quartier une véritable industrie qui fut florissante et qui fit la renommée de Montpellier. " Les drapiers de Montpellier". La draperie rouge était celle dont les draps étaient teints avec la graine des chênes kermès.

L'entrée de l'église se trouvait au Nord-Ouest et l'abside au Sud-Est. C'est derrière celle-ci qu'était le cimetière, facile à reconnaitre encore de nos jours, terre-plein ou jardin en terrasse dans le sol duquel on rencontra des ossements. Au mois de juin 1818, en creusant des fondations sur cet emplacement, fut découverte une tombe en pierre dure et polie. Elle recouvrait un crâne et des ossements. Au dessus étaient gravées deux arcades et l'image d'un personnage vêtu d'une robe herminée, dont la tête reposait sur des livres. Autour se lisait l'inscription suivante : Hic jacet nobilis et egregius vir Dus Johannes de Aciaco...ce jean d'Aci était un des six généraux crées en 1437 par Charles VII. Il fut nommé en 1439, juge mage de la sénéchaussée de Beaucaire et de Nimes.

 

La date de sa mort est le 14 février 1460. Le propriétaire de l'immeuble, à cette époque (Andrieux) avait fait encastrer la pierre tumulaire dans le mur de sa maison.