Montpellier Histoire & Photos

8éme ville de France - 500 descriptions - 700 photos

Depuis 1999

Fontaine de Thessalie Antigone 

75 éme fontaine de la Ville de MONTPELLIER 

 

◦ Fontaine inaugurée le samedi 21 juin 2003 en présence de Georges Frêche, Maire de Montpellier. La conception est de J.M. Bourry (sculpteur Plasticien) et de P.Gounard (Fontainier société ATF). Le pourtour de cette fontaine est en pierre de Ruoms ( Petit village de 2000 habitants entouré de 4 rivières, L'ARDECHE, LA BEAUME, LE CHASSEZAC, LA LIGNE , à 9 km de Vallon Pont d'Arc). Pierre calcaire très dur, gris-bleu, classé dans la catégorie des pierres "froides". Parmi les ouvrages en pierre de Ruoms, il faut retenir : le Pont d'Avignon (l'actuel), les lycées de Nîmes, d'Alès, la fontaine de Pont-Saint-Esprit, le lycée et le théâtre de Montpellier . 

 

◦ Les éphèbes qui tronent en son milieu se trouvaient avant sur la place de la comédie. Fontaine qui a disparue avec l'arrivée en juin 2000 de la première ligne de tramway de Montpellier. La vasque en bronze a été construite par l'entreprise Derigny. L'hydraulique de cette fontaine a été réalisé par l'entreprise ATF qui a aussi réalisé l'hydraulique de la fontaine des 3 graces, du rond point des près d'arènes, le bassin Jacques coeur à Port Mariane, et la fontaine devant le lycée Mermoz “la fille qui danse“. 

 

◦ ATF (art et Techniques de fontainerie 265 rue de Massacan parc Industriel de Salaison 34740 VENDARGUES tél : 04 67 87 68 80 fax 04 67 87 07 88, courriel : atf.fontaine@wanadoo.fr (plus de 250 réalisations en France et à l'étranger). 

 

 

 

 

 

26 mars 2011

 

La légende veut que les éphèbes aient été déplacés pour que Georges Frêche puisse les voir depuis son bureau, situé sous la coupole de la place Zeus, à Antigone. De 1986, date de leur création jusqu'en 2003, ils trônaient fièrement au bas de la place de la Comédie. Au tout début du siècle, ils ont donc été transportés place de Thessalie pour le plus grand plaisir du président de Région de l'époque. Les trois éphèbes, ces jeunes Athéniens en âge de devenir des adultes, ont vécu hier matin un nouvel épisode de leur tortueuse histoire d'amour avec les places de la capitale du Languedoc. Dès 8 h 30, ils ont retrouvé, l'un après l'autre, les bras familiers de Jean-Marc Bourry, le sculpteur plasticien qui leur a donné vie il y a un peu plus de vingt-cinq ans.

 

Transportés par une mini-grue après avoir été arnachés par leur géniteur, les trois compères ont ensuite rejoint, en camionnette, la fonderie où ils seront rénovés, détartrés et repatinés.

 

La main de l'un des éphèbes sciée

 

Ces travaux interviennent après le vol de la main de l'une des statues au début de l'année. Le passage par la fonderie permettra à l'éphèbe au bras tronqué de retrouver l'intégralité de ses membres après un moulage réalisé sur mesure. Cette rénovation complète devrait durer entre douze et quatorze semaines. Il sera alors temps pour les éphèbes de regagner leur fontaine où, il y a quelques mois encore, ils étaient admirés depuis la coupole.