Montpellier Histoire & Photos

8éme ville de France - 500 descriptions - 700 photos

Depuis 1999

Hôtel de Deydé (rue du Cannau)

Situé au numéro 8 rue de Cannau , l'hôtel de Deydé fut construit à partir de1692 par l'architecte du Roi et de la Province du Languedoc nommé d'Aviler pour le compte de Joseph Deydé, conseiller aux comptes, époux de Catherine d'Audessan. Riche des sculptures de Philippe Bertrand, des peintures de Guillaume Verdier, et de gypseries de Jean Desfours .Après confiscation par l'état, il fut adjugé pour 81500 livres le 15 prairial de l'an 2 (1791) à Joseph Antoine Foulquier qui le revendit en 1827 peu après à la famille Dupré , laquelle famille s'en séparât également le 4 novembre 1833, sa demeure principale étant dans la ville de Turin, au profit d'Hélène de Perrin, veuve d'Hippolyte Bessodes de Roquefeuil de Saint-Etienne, demeurant à Florensac.

 

Lors de la deuxième guerre mondiale, il servit comme hôtel du ravitaillement du fait que l'époque imposait la gestion de la disette. Depuis c'est un immeuble d'habitation en copropriété.

 

Cet dans cette rue que fut arrêté Monsieur Marcel GALOT qui fut un grand résistant français, né à Montpellier, en 1905, mort à Flossenburg (Allemagne), en 1945. Fils de Lucien Galot, résistant et conseiller municipal de Montpellier, Marcel Galot est blessé à la tête durant la bataille de France, au début de la guerre 1939-1945. De retour à Montpellier, il s'engage dans la Résistance. Membre du groupe de Raymond Chauliac et recruté par lui, il est nommé chef adjoint de l'Armée secrète pour l'Hérault. Particulièrement actif dans la filière de passage en Espagne des soldats alsaciens, lorrains et luxembourgeois incorporés de force dans l'armée allemande, il est dénoncé par l'un d'eux (qui sera plus tard fusillé au Luxembourg comme collaborateur). Galot est arrêté rue du Cannau, en octobre 1943, torturé à la villa des Rosiers, transféré à Compiègne, puis au camp de concentration de Flossenburg, où il meurt, le 6 février 1945.