Montpellier Histoire & Photos

8éme ville de France - 500 descriptions - 700 photos

Depuis 1999

Plaque commémorative de Jean Moulin

(né le 20 juin 1899, à Béziers, il est arrêté à Caluire par les Allemands qui le torturérent sous le commandement de Klaus Barbie, il meurt en juillet 1943)

 

Cette plaque a été posée le 20 juin 1999 en l'honneur du centenaire de la naissance de Jean Moulin, héros de la résistance, président du conseil national de la résistance. Cette plaque se trouve à l'endroit où la photo a été prise en octobre 1939, c'est à dire sur une des arches des arceaux de l'Aqueduc Pitot juste en dessous du réservoir d'eau de la place du Peyrou.

 

Plus d'informations peuvent être obtenues en allant sur ce site Web qui lui rend hommage.

 

Administrateur et homme politique français (Béziers, 1899 - mort en déportation, 1943).

 

Lorsqu'il prend en 1937 son poste à Chartres, en Eure-et-Loir, Jean Moulin est le plus jeune préfet de France. En 1940, il refuse à ce titre de contresigner un document allemand qui accuse les troupes de soldats sénégalais de l'armée française d'atrocités. Cette attitude lui vaut d'être révoqué par le gouvernement de l'Etat français en novembre 1940. Immédiatement Moulin commence à résister. Il accomplit de nombreuses missions en zone libre et rencontre longuement le général de Gaulle à Londres, en 1941. Celui-ci le charge, au nom de la France libre, d'unifier la Résistance dans toute la partie de la France qui n'est pas occupée par les Allemands. Le 1er janvier 1942, Moulin est parachuté en Provence pour accomplir la mission Rex. Pendant toute l'année il s'attache à mettre au point, en accord avec Londres, une ligne commune d'action à tous les mouvements de Résistance qu'il rencontre. En mai 1943, il réunit sous sa présidence le CNR (Conseil national de la Résistance), qui représente huit mouvements. Le général Delestraint est arrêté le 9 juin 1943. Le 21, à Caluire, trahi, il est arrêté par la Gestapo de Lyon. Il est torturé pendant des jours par Klaus Barbie. C'est pendant son transfert vers un camp de concentration que meurt Jean Moulin. Ses cendres sont transférées au Panthéon en 1964.

 

En 1964, ses cendres sont transférées au Panthéon, au cours d'une cérémonie présidée par André Malraux.